Histoire de Hisako – L’enfant éternel

Voici l’histoire de Hisako, celle que les gens appelaient « l’enfant éternel ».

L’année où Chiharu était née, les fleurs du pêcher restèrent sur leurs arbres aussi longtemps que quelqu’un s’en souvient, c’est pour cela que ses parents lui donnèrent un nom qui signifie « Un millier d’étés ». Elle était la plus jeune fille d’un ronin –un samurai sans dirigeant. Mais le shogun de son père fut assassiné par un rival, et le père de Chiaharu est retourné à son village natal pour fonder une famille et devenir agriculteur.

Descendant d’une célèbre onna-bugeisha (une femme samurai), le père de Chiharu sentit que c’était de son devoir d’entraîner sa fille aînée à l’art de la guerre. Les temps étaient dangereux avec tous ces clans en guerre, ces shoguns renégats, et ces bandits sur les routes ; et chaque membre du village devait être capable de manier des armes en cas d’invasion. Le père de Chiharu portait toujours autour de son cou une bande d’un vêtement rouge déchiré de sa dernière bannière de bataille en mémoire de shogun.

Chiharu est devenue une experte en épée et en arc, mais son arme de prédilection était le naginata – un long piquet avec une lame au bout. C’était la même arme qu’utilisait son ancêtre, et c’était une bonne arme pour garder les ennemies à distance ainsi que pour désarmer les cavaliers. Son père lui a dit qu’elle hériterait du naginata à sa mort. Mais il lui donna une arme de ninja appelée le neko-te – la griffe du chat. C’était une lame qui se mettait sur le doigt et qui pouvait être enduit de poison. Chiharu devait s’en servir si un homme essayait de l’enlever.

Quand Chiharu ne s’entraînait pas elle travaillait assidûment dans les champs main dans la main avec les hommes et femmes du village. Mais chaque action qu’elle accomplissait était fait dans l’intention de s’entraîner dans son art militaire. La plantation d’une pousse de riz était le même geste que celui d’un coup de katana vers le bas. L’arrachage des mauvaises herbes imitait une manœuvre défensive du naginata.

Un jour, un groupe itinérant de théâtre est venu au village et a exécuté un spectacle de marionnettes intitulé « L’histoire de la femme fantôme » -le récit d’une femme qui est morte, puis est revenu d’entre les morts pour assassiner la nouvelle épouse de son mari en lui arrachant la tête. La marionnette de la Femme Esprit effrayait Chiharu avec sa peau pâle et ses longs cheveux noirs sauvages. Durant des années après avoir vu ce spectacle, elle avait des cauchemars.

Quand elle était sur le point d’avoir dix-neuf ans, un jeune aristocrate passa par le village à cheval. Il vit Chiharu prendre de l’eau dans la rivière et la voulut immédiatement, la taquinant sur ses pieds couverts de boue. Il jeta un bracelet de prière fait de perles sur le terrain et d’un air moqueur lui demanda de l’épouser, mais Chiharu lui rit au nez. Elle voulait être un samouraï, pas la gouvernante de quelqu’un. Surtout pas pour un lourdaud prissy prospectifs comme lui. Le riche jeune homme -le fils d’un Shogun renégat vicieux- était fâché et tira son épée, et ainsi renversa Chiharu de son cheval avec son seau, et l’a battit à poings fermés. L’homme humilié sauta sur sa monture et partit du village dans la honte; et Chiharu poursuit sa formation avec une vigueur renouvelée. Elle portait le bracelet de perles de prière pour se rappeler de ne jamais épouser un fou.

Chiharu s’entraînait souvent dans une forêt de bambous près du village, coupant les tiges épaisses avec son katana. Une semaine après son dix-neuvième anniversaire, lorsque toutes les fleurs d’arbres fruitiers étaient tombées et ayant recouvert le sol comme un tapis blanc, elle s’entraîna à cet endroit quand son kimono se coinça sur morceau pointu de bambou. Elle arracha toute la partie inférieure du kimono afin de pas trébucher, et continua jusqu’au crépuscule quand elle prit conscience que l’air était rempli de fumée. Elle courut hors de la forêt à travers les champs vers le village. Il était en feu ! Et il y avait des cavaliers armés partout. Elle fouilla dans les plis de sa robe et glissa sur la griffe de son chat empoisonné.

Comme elle était proche, elle vit que les envahisseurs avaient tué beaucoup de villageois. Chiharu courut vers sa maison, se tournant dans un coin et se trouvant face à face avec un spectacle qui fit fléchir ses genoux : sa mère, sa grand-mère et ses deux jeunes frères et sœurs étaient morts, entassés les uns sur les autres comme des animaux de boucherie, leurs vêtements lacérés et leur sang colorant les rues. Il y avait aussi le cadavre de son père à proximité. Sa tête avait été coupée, et la bande rouge de bannière de de combat qu’il avait toujours porté autour du cou avait été jeté à ses pieds. Elle la prit d’une main tremblante.

Le cœur de Chiharu éclata en cet instant… et puis elle eut une sensation comme si elle brûlait de l’intérieur. Elle saisit le naginata de son père, le tirant de ses mains sans vie, puis chargea sur les cavaliers, criant, les appelant des lâches, et se déchaînant comme une force de la nature. En se mettant entre les guerriers et des bâtiments où la plupart des enfants du village étaient détenus, elle a lutté avec une persévérance inhumaine, tuant une douzaine des assaillants avant de succomber à ses propres blessures et s’effondrant sur le terrain.

La dernière chose qu’elle vit dans ce monde était le visage d’un jeune homme la souriant, l’homme qu’elle avait épargné près de la rivière. Juste avant de mourir, elle essuya la griffe de son chat sur sa joue… puis elle mourut avec ses cris d’angoisse résonner dans ses oreilles. Mais Chiharu n’était pas morte en vain. Son acte de bravoure contre toute attente rallia les villageois survivants les poussant à se battre, amenant à ce que ces derniers conduisent les soldats hors du village, tuant beaucoup d’entre eux avec des flèches dans leur fuite.

Une fois le combat terminé, les gens incinérèrent Chiharu avec sa famille, en enlevant soigneusement les os de ses cendres avec des baguettes afin de les placer dans des urnes d’argile. Ils ont construit un sanctuaire en son nom, à laquelle ils firent régulièrement de petites offrandes, brûlant de l’encens et faisant des prières à l’esprit courageux de la jeune femme qui les avait sauvés de l’anéantissement. La guerre civile avait ravagé le pays pendant des décennies, mais le village de Chiharu endurait.

Pendant des siècles, la légende locale parlait d’un mystérieux esprit qui gardait l’ancien village contre les intrus. Les gens qui vivaient dans la région l’appelaient Hisako qui signifie «enfant éternel», car elle apparaissait toujours sous la forme d’une adolescente avec les pieds boueux et un kimono déchiré. L’intelligence artificielle ARIA, toujours à l’affût de la possibilité d’étudier et d’observer les phénomènes en dehors de l’existence humaine ordinaire, ne put résister à la chance de s’en mêler.

ARIA orchestra la profanation du sanctuaire et des tombes antiques, provoquant le fantôme de Hisako à revenir de son long repos du Plan Astral. La jeune fille cherchait à récupérer les objets qui furent volés dans le complot de sa famille par l’assassin Sadira, et à détruire ceux qui avaient causé la profanation des motifs protégés.

Traquant les auteurs de ces actes, l’énergie de Hisako s’affaiblissait d’avantage, elle put reposer en paix. Elle avait finalement vaincu les responsables des vols et retourna dans sa tombe. Mais par la suite, elle a été visité par l’esprit de son père bien-aimé qui l’avertit que tant le plan astral et le monde ordinaire couraient un danger imminent. Hisako doit faire plus que simplement garder le sanctuaire sacré de la famille et dédié la mémoire de la jeune fille Chiharu. Maintenant, elle doit devenir un portier entre les deux plans, faisant respecter l’équilibre et la lutte contre un mal terrible.

Laisser un commentaire